Corse-Matin

Corse-Matin
La presse en parle - 25/10/2014

L’Aiutu studientinu, toujours plus loin dans la solidarité

D’aucuns ne manqueront pas de souligner I ampleur de la démarche ou de louer sa sincérité Ils n auront sans doute pas tort. Depuis la création de l’association en 2011. Les membres de l’Aiutu studientinu n’ont pas manqué d’initiatives pour œuvrer contre la précarité étudiante. Avec notamment l’ouverture d’une épicerie solidaire en 2012. Le bébé de l’association en quelque sorte. Sa mission ? « Distribuer des denrées alimentaires et de première nécessite aux étudiants en difficulté, explique Jeanne Ferrari présidente fraîchement élue de l’Aiutu studientinu. Un local où les paquets de pâtes ne se comptent plus, au même titre que les vêtements, les couvertures les radiateurs ou les télévisions. « L’association ne fonctionne qu’a partir de dons ». La vingtaine de membres que compte l’association s’y investit quatre soirs par semaine après les cours, épaulés par les syndicats d’étudiants. N hésitant pas à rogner sur leur temps libre « Mine de rien on y passe quand même une vingtaine d’heures par semaine » sourit Jeanne Ferrari.

Salués par le prix du jury
Compte tenu de leur implication c’est sans grande surprise que leur action a été saluée en juin dernier par le prix du jury de la première édition des « Trophées Caractères ». Ce concours national organisé en partenariat avec le quotidien Libération vise a récompenser les initiatives solidaires et altruistes « Un concours ouvert a toutes les associations qui viennent en aide aux autres » précise Christian Franchi, trésorier de la structure. Naturellement l’Aiutu studientinu avait candidaté et passé sans grande difficulté la première étape de la sélection régionale dans la catégorie « moins de 50 personnes ». Direction le Vieux Port de Marseille où se déroulait la finale en concurrence avec d’autres associations œuvrant notamment pour la lutte contre le cancer « Notre association a été le coup de cœur du jury, explique Christian Franchi, ils nous avaient dit que nous étions toutes les universités de France confondues la seule association a œuvrer contre la précarité étudiante raconte fièrement le jeune étudiant en droit ». Pour autant il n est pas question pour L’Aiutu de se reposer sur ses lauriers. II y a quelques jours a peine ses membres se sont a nouveau activés pour organiser un vide grenier solidaire à l’université. Un projet que la nouvelle présidente a porté à bout de bras « avec l’aide de beaucoup de commerçants cortenais ». Et ces derniers ont joué le jeu, participant largement à l’événement au travers de dons vêtements, lave-vaisselle, micro-ondes ou encore des télévisions étaient offerts sur le campus Mariani.

« Le problème, c'est la honte »
Au total plus de soixante étudiants dans le besoin ont bénéficié de l’opération. Ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers l’association. Sur les 4 500 étudiants de l’université, une centaine a déjà sollicité une aide depuis la création de l’Aiutu. Christian Franchi reste persuadé qu’ils sont beaucoup plus à être dans le besoin « Le problème en Corse c’est que tout le monde se connaît. Les gens ont honte de venir vers nous. Pourtant l’anonymat est préservé ». Quoi qu’il en soit l’association ne démord pas de son objectif. Ses membres débordent de projets. Des repas solidaires à Noel et à Pâques comme les années précédentes mais désormais, tous espèrent l’ouverture d’un second local a Grossetti « Pour avoir un peu plus de visibilité et être présents sur les deux campus ». Et a long terme ? « Vous savez nous aimerions organiser un grand concert solidaire pour récolter des dons. Mais ça coûte énormément d’argent et le compte n’y est pas ».

A bon entendeur

JULIAN MATTEI
jumattei@corsematm.com

 

Savoir +
Contact : aiutustudentinu@gmail.com